Ligue 1 : « Il Y A Une Incompréhension Complète Entre Le Football Corse Et Les Instances Nationales »

Avant Angers SCO - FC Metz (Ligue 1). Ascension fulgurante, dépression, addiction à la cocaïne : le jeune prodige argentin, au passé tumultueux et à la vista impressionnante, espère se stabiliser au FC Metz afin de se relancer.

Avant Angers SCO - FC Metz (Ligue 1). C’est l’histoire d’un joueur qui, après avoir longtemps déboulé le long des lignes blanches sur le terrain, est tombé dedans en-dehors. Celle d’un jeune espoir, comme l’Argentine sait en sortir. Un footballeur à l’allure d’un Dybala, la prestance d’un Riquelme. Celle d’un drame, aussi.

« C’est un garçon qui a été fragilisé par la mort de son frère et qui a - avait ? - des tendances dépressives », relate Nicolas Cougot, journaliste pour Lucarne Opposée, site spécialisé dans le football sud-américain. S’ensuit un cercle vicieux, fait de paradis artificiels : dépression, consommation, addiction.

L’allure d’un Dybala, la prestance d’un Riquelme

Le 10 mai 2015, en pleine ascension avec le Racing Club - club réputé de la province de Buenos Aires - Brian Fernández est contrôlé positif, à la cocaïne.

« Il est tombé dedans très jeune », assène Nicolas Cougot, qui évoque un

« garçon fragile ». La drogue, une échappatoire pour lui, un produit dopant pour les institutions. La Fédération argentine le suspend 3 mois. Problème : un nouveau contrôle se révèle positif quelques jours plus tard, cette fois-ci en Copa Libertadores, la Ligue des champions sud-américaine. Et l’instance qui gère la compétition, la CONMEBOL - l’équivalent de notre UEFA - est moins clémente.

Lire aussi. Le groupe d'Angers Sco pour la réception de Metz

Une peine d’un an de suspension est, dans un premier temps, prononcée à son égard. Mais la Fifa en réclame deux. Le Tribunal arbitral du sport tranche : ce sera un an et demi. De sorte que le joueur ne puisse revenir que début janvier 2017. Poussé par son agent, Fernández effectue alors une cure de désintoxication. Au Mexique, coupé du monde. De son monde.

« Il n’y avait rien, ce n’était que des petites maisons au pied d’une montagne », racontait-il à la télévision argentine.

Son retour du côté du Racing Club, début 2017, est remarquable. Quelques jours après la levée de sa suspension, il entre en cours de jeu et marque. Mais le prodige se signale aussi en dehors du terrain, avec un comportement peu professionnel.

« Il y a une histoire au Racing où il est absent d’un entraînement au motif d’une gastro et poste ensuite sur les réseaux une photo où il est au resto… », rapporte Nicolas Cougot.

« Quelqu’un qui avait envie de quitter son environnement »

En mars, c’est la goutte d’eau qui fait déborder un vase déjà bien rempli. L’attaquant est arrêté ivre au volant et sans les papiers de son véhicule. Le divorce est alors consommé avec son club. Il est d’abord prêté à une autre formation de première division argentine, marque six buts en cinq matches mais revient avec le statut d’indésirable.

La cellule de recrutement du FC Metz sent alors le bon coup.

« On le suivait depuis longtemps, concède Philippe Hinschberger, entraîneur des Grenats.

Il est considéré comme l’un des meilleurs espoirs argentins. » Et arrive à négocier son prêt d’un an, avec option d’achat. Une volonté du club, à la recherche d’un attaquant polyvalent, adroit devant le but et capable d’amener de la profondeur, et du joueur. «

 C’est quelqu’un qui avait envie de quitter son environnement », complète le coach, qui ne dira rien de plus sur les histoires de son nouveau protégé. Des plages de Buenos Aires aux terrils lorrains, le dépaysement est total. À 23 ans, à lui d’en profiter pour saisir ce qui sera, peut-être, sa dernière chance.

Retrouvez également nos deux pages spéciales sur le match entre Angers Sco et le FC Metz dans l'édition Maine-et-Loire de Ouest-France du

dimanche 17 septembre, en version papier ou numérique.


Trending Hairstyles

Source : http://www.ouest-france.fr/sport/football/angers-sco/ligue-1-depression-cocaine-metz-le-repenti-brian-fernandez-5250837

Ligue 1. De l'ascension à la désintoxication : à Metz, le repenti Brian Fernández
Marcelo à l’origine de la brouille entre Cavani et Neymar ?
Football : le PSG peut-il devenir le Celtic Glasgow de Ligue 1 ?
PSG-OL: pourquoi Neymar a voulu tirer le penalty à la place de Cavani
Football. Ligue 2. Coutadeur : « Que des bons souvenirs à Lorient ! »
"Nasser garde un certain respect pour Aulas" : PSG-OL, c'est ce soir, la guerre entre les présidents aura-t-elle lieu ?
FOOTBALL Y-a-t-il un problème avec les chants anglais ?
FOOTBALL - LIGUE 1 Tanguy Ndombele, comme une évidence
Un entraîneur de Ligue 1 ministre de Marine Le Pen : «Ce n'était pas moi», assure Pascal Dupraz
Ligue Europa : les dix équipes à suivre (en plus des françaises)