Le Foot à Furiani, C'est Fini (pour L'instant)

La question du système accompagne Monaco depuis le début de la saison. Jusqu'à son dernier déplacement à Amiens (1-1), vendredi. Où Leonardo Jardim avait décidé de repasser au 4-4-2 au coup d'envoi avec un duo Carrillo-Falcao en attaque. Sans succès. Son équipe menée par le promu, l'entraîneur monégasque s'en est remis à Stevan Jovetic, auteur du but égalisateur après son entrée à l'heure de jeu, pour éviter une défaite en Picardie. Le 4-4-2 n'a ainsi pas pleinement donné satisfaction. Mais s'il l'a préféré au 4-2-3-1 à Amiens, ce n'est pas sans raison.

Le rendement de Monaco selon le système utilisé n'est pas anodin au moment où le club de la Principauté abat ses dernières cartes dans la course à la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Le rendez-vous de mardi face à Leipzig sera décisif dans cette optique. La victoire est impérative pour Monaco et la question du meilleur système se pose pour Jardim : le 4-4-2 qui a fait la réussite monégasque la saison passée et qui permet d'aligner un maximum d'arguments offensifs, ou le 4-2-3-1 qui semble mieux convenir à l'équilibre collectif de l'ASM cette saison ?

Le bilan chiffré n'est pas révélateur jusqu'ici

Pour y répondre, Jardim peut difficilement s'appuyer sur les statistiques de la saison. Monaco affiche une moyenne de points pris supérieure sur les onze matches débutés en 4-4-2 que sur les sept matches démarrés en 4-2-3-1. En revanche, si les Monégasques marquent quasiment autant de buts quel que soit le schéma, ils en concèdent moins quand ils évoluent en 4-2-3-1 par rapport au 4-4-2.

Le bilan de Monaco en 4-4-2 et en 4-2-3-1 cette saison

4-4-2 4-2-3-1
Matches

11

7
Victoires

6

3
Nuls 2 2
Défaites 3

2

Moyenne de points

1,82

1,58
Buts marqués

24

15
Moyenne de buts marqués

2,2

2,1
Buts encaissés 15

7

Moyenne de buts encaissés 1,4

1

S'il a un peu plus utilisé le 4-4-2 jusqu'ici, l'entraîneur monégasque n'a pas spécialement de préférence. "Je n'ai pas de système privilégié dans ma tête, je veux rentabiliser le potentiel des joueurs", a-t-il ainsi avancé au début du mois, tout en reconnaissant que Monaco était "plus équilibré" dans le 4-2-3-1 et que ce schéma se prêtait mieux à des oppositions plus relevées. Les deux configurations lui offrent surtout la possibilité d'adapter son animation offensive en cours de match en gardant la même base défensive. Ce qui lui donne une certaine flexibilité dans son coaching.

A côté ou en soutien de Falcao, l'embarras du choix

Un confort loin d'être superflu compte tenu de la densité du calendrier de Monaco. Mais ce n'est pas forcément ce paramètre qui définit les choix de Jardim au moment de choisir ses titulaires. La hiérarchie du technicien portugais reste aléatoire dans les deux systèmes. Si Radamel Falcao est indiscutable en pointe, l'homme qui l'accompagne en attaque dans un 4-4-2 ou en soutien dans un 4-2-3-1 change souvent depuis le début de la saison.

  • 4-4-2 : Jovetic pour la créativité, Baldé pour l'explosivité

Dans ce système, les deux options privilégiées restent Stevan Jovetic et Keita Baldé. Le Monténégrin, aligné d'entrée à trois reprises aux côtés de Falcao, apporte sa créativité dans les petits espaces. Le Sénégalais n'a jamais démarré un match dans ce rôle de deuxième attaquant. Il a été titularisé en pointe quand Falcao était blessé, et à gauche quand Lemar est absent. Il ne serait pas surprenant de voir Jardim tenter cette association quand l'international français sera de retour. Par sa vitesse et sa capacité d'élimination, Baldé offre lui aussi un registre complémentaire à celui de Falcao.

Jovetic (Monaco) - 2017 L1

Jovetic (Monaco) - 2017 L1Getty Images

  • 4-2-3-1 : Traoré menace Tielemans

Le poste en soutien de Falcao semble taillé pour les qualités de Youri Tielemans. Mais pour l'instant, le Belge peine à se rendre indispensable dans ce rôle où il reste plus performant qu'à la récupération. Jardim a une autre option qu'on n'attendait pas forcément en début de saison : Adama Traoré. Le milieu monégasque apporte non seulement son impact physique et sa qualité technique dans l'entrejeu, mais il est aussi capable de se projeter vers l'avant et de finir les actions avec déjà trois buts cette saison. Le Malien a des arguments pour revendiquer un statut de titulaire à ce poste.

Quel que soit le système, quels que soient les hommes, Monaco alterne le bon et le moins bon. Si l'ASM présente un bilan comptable respectable, elle n'est pas l'équipe dominante qui impressionnait la saison passée dans un schéma immuable en 4-4-2. L'entraîneur monégasque continue de bricoler pour trouver le meilleur système. Ce qui n'est pas illogique dans cette saison de transition. Il est ainsi difficile de savoir le schéma vers lequel Jardim va se tourner face à Leipzig. Mais pour l'avenir de Monaco en Ligue des champions, il vaudrait mieux que ce soit le bon.


Trending Hairstyles

Source : http://www.eurosport.fr/football/ligue-des-champions/2017-2018/asm-rb-leipzig-4-4-2-ou-4-2-3-1-le-dilemme-du-systeme-reste-entier-pour-monaco_sto6415615/story.shtml

ASM-RB Leipzig - 4-4-2 ou 4-2-3-1 : le dilemme du système reste entier pour Monaco
La Boisse - Football Le FC Côtière Luenaz signe avec les pros pour viser plus haut
Football Régional 2 Colin, le réveil qui tombe à point
Rugby : le XV de France échoue sur les talons de l’Afrique du Sud
Ligue 1. A dix, Guingamp a résisté à Angers
Football - Ligue 1 : Paris fissure le mur jaune
Ligue 1 - 13e journée - Les quatre chantiers de Lamouchi
Fatales faiblesses compiégnoises
Ligue des champions : Cristiano Ronaldo n’a « pas peur du PSG »
Football : avant Buffon, les « ders » pas toujours heureuses de Zidane, Cruyff ou Platini