Football, National : Le Grand Défi Du Paris FC Contre Quevilly Rouen

Hervé Lybohy, le Paris FC a été repêché tard en Ligue 2. Comment l’avez-vous appris ?

Lors de notre dernier jour de stage. On jouait contre Orléans en amical, notre directeur sportif nous a appris juste avant le match qu’on était officiellement repêché. Nous l’avons bien pris, on ne s’y attendait vraiment pas. Nous étions très contents, mais aussi dégoûtés pour Bastia, c’est un club historique. Je suis heureux de cette montée. Pour le club, mais aussi pour les joueurs qui étaient présents avec nous l’an dernier et qui sont partis.

Vous avez eu une semaine de préparation en moins, cela n’a pas été trop difficile ?

Nous avons beaucoup travaillé le physique et la technique. Mais le plus gros du travail était le mental. Il fallait se dire que nous allions jouer en Ligue 2.

Au vu de la situation, votre rôle de capitaine vous a-t-il poussé à intégrer au plus vite les nouvelles recrues ?

Avec les anciens, nous souhaitions intégrer les nouveaux le plus rapidement possible. Nous ne voulions pas faire les mêmes erreurs que l’an dernier. Le fait que les recrues soient arrivées très rapidement nous a permis de les intégrer tout de suite. On voulait qu’ils trouvent leur marque et se sentent bien dans le groupe. Je pense que le travail a été bien fait.

Vous réalisez un bon début de saison, néanmoins vous manquez de réussite à domicile. Que faites-vous pour pallier cela ?

Nous donnons le meilleur de nous-mêmes à chaque fois que nous jouons à domicile. Pour l’instant, on a du mal, mais on travaille énormément à l’entrainement pour marquer plus de buts sur notre pelouse. Après, on n’en parle pas plus que ça. Dans la situation dans laquelle on est, chaque match est à enjeu, qu’on joue chez nous ou à l’extérieur.

Lybohy : « J’aimerais bien finir ma carrière ici »

Le milieu du PFC a été totalement remanié. Son alchimie avec la défense commence-t-elle à se trouver ?

Oui, il y a des automatismes à mettre en place et on travaille énormément pour. Pour l’instant, tout se passe bien et au fur et à mesure des entrainements, les résultats vont être visibles sur le terrain.

Espérez-vous finir votre carrière au PFC ?

On ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. En quatre ans au Paris FC, j’ai vécu des hauts et des bas. J’arrive plutôt vers la fin et sachant que je suis originaire de la région parisienne, j’aimerais bien finir ma carrière ici.

Avez-vous pensé à votre après-carrière ?

J’y pense régulièrement depuis deux, trois ans. Je voudrais garder un pied dans le football. Pour l’instant, je reste concentré sur l’objectif du club qui est le maintien.

Avez-vous l’impression d’être oublié par le public parisien par rapport à l’omniprésence du PSG ?

Sincèrement, je pense qu’on ne peut pas comparer le PSG et PFC. Ce sont deux mondes bien différents… Si nous étions en L1, on pourrait comparer un peu et encore… Aujourd’huin on essaye de faire en sorte que le club se fasse connaitre grâce à nos performances sur le terrain.

Lybohy : « Vouloir ramener des jeunes Parisiens est une très bonne chose »

Qu’est-ce qui différencie l’approche de Fabien Mercadal, le nouvel entraîneur, et Réginald Ray, l’ancien coach ?

Dans la manière de travailler et humainement, il y a beaucoup de similitudes. Ces deux entraineurs sont très proches de leurs joueurs, ils font en sorte que chacun soit conscient de son rôle dans le groupe.

Avez-vous un petit mot pour les supporters du Paris FC ?

S’ils n’étaient pas là, il n’y aurait pas d’ambiance. Je suis vraiment content de nos supporters. Certains ont même le courage de faire les déplacements pour venir nous voir, même quand on était en National. Ça me fait vraiment chaud au cœur. C’est pour ça qu’à la fin des matchs, que l’on gagne ou que l’on perde, on tient à aller les voir pour les remercier de cette énergie qu’ils essayent de nous transmettre.

Pensez-vous que le modèle du Paris FC, qui souhaite former des jeunes issus de régions parisiennes, ait les moyens de réussir ?

Bien sûr. En quatre ans au PFC, j’ai le sentiment que le club a avancé. Il se professionnalise. Le fait d’avoir quelqu’un comme Pierre Dréossi aide beaucoup. Dans les années à venir, le Paris FC sera un grand club, j’en suis sûr et certain. Le fait de vouloir ramener des jeunes Parisiens au club est une très bonne chose. Dans n’importe quel centre de formation français, il y a au moins trois ou quatre jeunes parisiens. Il y a un gros vivier et je suis persuadé que si le Paris FC s’installe confortablement, cela fera énormément de bien à la région.

A voir aussi :

>>> Toute l’actualité de la Ligue 2


Trending Hairstyles

Source : http://www.football365.fr/l2-paris-fc-herve-lybohy-annees-a-venir-pfc-sera-grand-club-exclu365-6066466.html

L2 – Paris FC / Hervé Lybohy : « Dans les années à venir, le PFC sera un grand club » [Exclu365]
Bleues, Lens, Cavani, Karabatic, FC Nantes… Votre p’tit dej' sport !
Bienvenue au club
RC Lens : Bollaert, 4-4-2… Sikora dissèque le premier succès Sang et Or
Classement Ligue 2 : Lorient veut faire le trou, Reims en embuscade
Lens encore battu, Lorient s’envole
L2 : Ça chauffe à Lens, les supporters débarquent
L2 : Lorient continue de briller, Lens coule pour de bon
Lens, sept inquiétant
FOOTBALL Ligue des Champions: le PSG version Neymar et le Barça entrent en lice